JOYEUX NOEL ET BONNES FÊTES DE FIN D’ANNÉE

Les nouvelles du Mufon Usa

mufon

HAPPY NEW YEAR ! et bienvenue en 2014. Je suis dans l’attente de ce que la nouvelle année nous promet d’apporter à chacun d’entre nous au Mufon, dans le contexte des nouvelles découvertes. Pour ceux qui travaillent au siège du Mufon, c’est un téléphone qui sonne constamment avec des personnes qui souhaitent nous parler de leur observation d’ovni ou de leur expérience de récente rencontre avec des «  extraterrestres ».

Un jour, il y a quelques semaines de cela, j’ai reçu un e-mail d’un monsieur qui me dit qu’il avait besoin de parler avec moi. Je lui ai répondu poliment et je lui ai donné mon numéro de téléphone en lui demandant de m’appeler. Ce qu’il a fait.

Il s’est présenté comme un pilote de ligne dans le secteur commercial avec 48 ans d’expérience de vol. Il a fait deux observations incroyables au cours de sa carrière de pilote de ligne. Il a pensé que maintenant puisqu’il était en retraite et retiré de la vie professionnelle, qu’il pouvait parler plus librement et sans conséquence sur sa carrière de ce qu’il a vu. C’est une histoire intéressante que j’ai décidé de partager avec vous.

Il a commencé à me narrer le premier rapport, à l’époque où il était co-pilote sur un vol commercial qui assurait la ligne Saint Louis à San Francisco. Le vol avait été retardé de plusieurs heures en raison de divers problèmes d’ordre mécanique, mais finalement nous avons été en mesure de décoller en fin de soirée pour nous diriger vers l’ouest du pays.

Alors que le vol approchait l’état du Nevada, l’ATC (contrôle de la circulation aérienne) brouilla le silence en indiquant l’état du trafic dans la région et demandant de faire immédiatement un virage à 90° en direction du Nord et d’attendre les instructions à venir. Une demande étrange à une heure du matin et à 38 000 pieds. Habituellement il n’y a pas ou peu de circulation dans ces paramètres à cette heure de la nuit, et en particulier à cette altitude. Nous avons immédiatement suivi les instructions données par l’ATC. Alors que nous nous dirigions vers le nord, je regardais à un moment vers le sol  et je vis alors un « ILS » s’allumer sur la surface sombre du désert en dessous de nous. Pour ceux qui ne connaissent pas, un «  ILS » est un système d’atterrissage aux instruments. Il s’agit d’une série de lumières qui indiquent à un pilote, qu’il soit à haute altitude ou à basse altitude, qu’un avion est en phase finale d’approche d’une piste d’atterrissage ou il va poser son appareil. Cet « ILS » était différent, c’était un hologramme en trois dimensions, quelque chose qu’il n’avait jamais vu durant sa carrière de pilote d’avion. Il était de couleur bleu avec des lumières passant au violet formant un angle à 90°. Il remarqua aussi que dans le coin haut, à droite de leur pare-brise, il y avait 20 à 30 feux, de l’apparence d’une luciole, qui volaient autour de ce phénomène, mais à une hauteur plus élevée dans le ciel. Ces lucioles ont alors commencé à faire des virages à angle droit et en ordre, l’une après l’autre se dirigeant vers le bas, vers «  l’ILS » jusqu’au moment de l’atterrissage. À ce moment-là les « ILS » s’éteignent et le terrain est alors totalement noir.  

Le co-pilote se tourne alors vers le pilote et demande : « Qu’est-ce que nous avons vu ? »  Le pilote le regarda et répondit : «  non je ne sais pas ».

L’ATC revient alors vers nous, à la radio, et nous signale que notre avion est maintenant à l’écart de toute circulation et  il nous donne le nouveau plan de vol pour rejoindre San Francisco.

L’emplacement exact ou sont apparu les « ILS holographiques » et les étranges lucioles qui ont fait des angles droits en direction du sol était l’AREA 51 selon le pilote ! « Zone secrète, ne pas en parler s’il vous plait » ajouta t’il 


Son deuxième cas est encore plus intrigant et corrobore les histoires qui ont circulées pendant un certain nombre d’années dans le domaine des ovnis. C’était au printemps 1961, il campait avec son oncle et un ami de son oncle dans les sierras de l’ouest. C’était la nuit, il observait  le ciel et la voie lactée avait l’air d’être si proche qu’il pouvait presque la toucher. Il pensait à cet espace infini, à un moment il s’est levé et a dit à haute voix :

«  Je me demande si nous allons voir une soucoupe volante ce soir ? ».

L’ami de son oncle que nous appellerons John lui répondit :

«  Oh, vous croyez aux soucoupes volantes ? ».

Sa réponse a été courte :

«  Mais bien sûr, il serait stupide de penser que nous sommes seuls dans avec tout ce que nous pouvons observer dans l’espace ! »

John le regarda fixement et lui dit alors :

«  Eh bien je vais vous raconter une histoire, si vous en parlez, ne dites jamais à personne que c’est moi qui vous l’ai raconté, je devrais alors le nier ».

Il nous a alors raconté comment en 1954, alors qu’il travaillait comme entrepreneur privé à la base aérienne d’Edwards, qu’un jour ou l’agitation était particulièrement importante, une voiture s’est arrêtée proche de lui et que le Président Eisenhower en est sorti.

John a demandé à l’un des députés présents proche de lui :

« Qu’est-ce que le Président vient faire à la base d’Edwards ? »

Le député répondit :

« Il est là pour rencontrer des êtres d’un autre monde »

À partir de l’endroit où il se trouvait il a vu plusieurs sénateurs américains avec leur voiture et un représentant de l’archidiocèse de Los Angeles. Les députés sont alors entrés dans un bâtiment situé sur la base, bâtiment particulièrement bien gardé d’autre part. Un peu plus tard, ce même jour, après le départ des voitures et que l’agitation se soit calmée, John demanda à son ami député :

« Que s’est-il passé ? »

John poursuit en disant que les êtres ont dit au Président que nous étions en train de détruire la planète et qu’il fallait arrêter immédiatement  (rappelez-vous, nous étions en 1954 et les États-Unis avaient procédé à des essais en utilisant des bombes atomiques dans les déserts du Sud-Ouest des Usa tout en faisant également des essais avec diverses armes nucléaires). Ils ont dit au président que les États-Unis devaient prendre la responsabilité d’être le gardien de la planète, alors ils seraient prêt quant à eux à partager leur technologie avec ce pays.

Le co-pilote a toujours pensé que John plaisantait lorsqu’il lui a raconté cette histoire et  jamais il n’a donné une quelconque importance à ces faits. Mais récemment, il a entendu à la TV une histoire similaire, ou le Président Eisenhower aurait rencontré des «  êtres d’une autre planète » ; Il a pensé alors :

«  Mais bon sang, John me disait la vérité ! »

Maintenant, ma raison de partager ces deux histoires avec vous, ce n’est pas de vous forcer à croire à l’existence de la zone 51 ou que la réunion d’Eisenhower avec des êtres d’un autre monde était réel, mais simplement pour vous dire que la notoriété du Mufon fait que le public a confiance en notre organisation et qu’il n’hésite pas à faire état de ses histoires d’ovnis, faute de pouvoir en parler à d’autres interlocuteurs. Cette confiance se gagne chaque jour grâce au travail remarquable de nos enquêteurs qui inlassablement recherchent et enquêtent sur tous les cas d’ovnis dont ils peuvent avoir connaissance. Ils ne négligent pas les histoires insolites, incroyables comme vous venez de lire, que le public meurt d’envie de nous faire partager et que nous écoutons avec attention. Je me réjouis d’en partager d’autres dans les mois et les années à venir.

Maintenons cet excellent travail et maintenant je vous présente tous mes souhaits de bonne et heureuse année.

Direction du Mufon
Traduction, mise ne forme Gérard Lebat