JEAN-PIERRE TROADEC FAIT LE POINT SUR LE DOSSIER OVNI AU SEIN DU MILIEU DE L’AÉRONAUTIQUE.

JEAN PIERRE TROADEC

Jean-Pierre Troadec est un ufologue de l’ancienne génération, qui a une approche sérieuse et bien cadrée du phénomène ovni. Il a choisi NEXUS (Numéro 107 de novembre-décembre 2016) pour y publier un excellent article, ce qui sort véritablement de l’ordinaire, face à toutes les âneries publiées depuis quelques années sur le net ou on mélange les thèmes les plus contestables et hilarants au dossier OVNI. Il a les pieds sur terre, les théories du complot, des catastrophe ou de la manipulation ne sont pas son « quotidien », c’est au contraire un ufologue qui a fait ses armes sur le terrain en enquêtant auprès des témoins et qui a une approche « matérielle et scientifique » du phénomène ovni.

Il n’est donc pas étonnant qu’aujourd’hui, il se soit adressé à l’une des sources les plus sérieuse au niveau de l’étude de ce dossier : l’Association Aéronautique et Astronautique de France - 3 AF -  une des sociétés savantes respectée dans notre pays, afin, par l’intermédiaire d’une interview des scientifiques concernés, de faire le point sur les recherches engagées dans le milieu  aéronautique.

Il existe au sein de cette prestigieuse association, une organisation, « la commission Sigma » qui est présidée par Luc Dini (1) et  qui s’intéresse au dossier OVNI. Cette commission a été créée le 15 mai 2008 et son objectif est d’étudier le phénomène OVNI, sous l’angle scientifique. Alors sous la présidence d’Alain Boudier, elle publiera deux ans plus tard, le 31 mai 2010, un rapport d’étape. Le rapport final, bien que rédigé fin 2012, n’a jamais été publié. Une nouvelle orientation devait être donnée à cette commission en Avril 2013, à la suite de la nomination de Luc Dini à la présidence. Le nouvel objectif : Faire une analyse scientifique et technique des cas « D » inexpliqués (selon la terminologie adoptée par le GEIPAN). Ainsi, à cette première étape, succède SIGMA 2, avec des objectifs beaucoup plus restrictifs et recentrés sur le côté de l’analyse scientifique des observations les plus «  solides » et « inexplicables ».Aujourd’hui, la commission se lance principalement vers une étude approfondie des effets physiques – dument constatés – des OVNIs en les confrontant aux théories physiques actuelles, telle les théories relatives à l’électromagnétique ou à la relativité générale.

Dans le cadre de cet article, afin de montrer le domaine actuellement étudié par la commission SIGMA 2 ; il interview tout naturellement, Luc Dini, le président de SIGMA 2, mais aussi des militaires tels le Général Pierre Bescond, Diplômé de l’École Polytechnique en 1963, École de l’Air, SupAéro en 1968, Ingénieur Général de l’Armement, qui est un spécialiste du phénomène ovni depuis de nombreuses années car il a contribué à l’élaboration du rapport Cometa, il est le Président du comité de pilotage du Geipan et membre de la 3 AF et de SIGMA. On trouve aussi les interventions de Jean-François Clervoy, diplômé de l'École Polytechnique de Paris (1981) et de l'École Nationale Supérieure de l'Aéronautique et de l'Espace à Toulouse (1983). En 1987, il obtient son brevet d'ingénieur navigant d'essai de l'École du Personnel Navigant d'Essais et de Réception d'Istres et enfin il sera choisi par la suite comme «  astronaute ». Lui aussi connait très bien le domaine OVNI et ses interventions sur le sujet sont fréquentes. Jean Pierre Troadec rencontrera aussi le Dr Paul Kuentzmann,  un ancien des Arts et Métiers, de SupAéro, mais aussi des Universités de Lille et Paris ou il a obtenuson Brevet d’Ingénieur, sa Maîtrise ès sciences aérospatiales, son Doctorat d'ingénieur, son Doctorat d'état, ingénierie, mécanique théorique. Le Dr Kuentzmann est également un spécialiste du phénomène OVNI depuis de nombreuses années. (Expert 3AF/ Sigma 2, Haut Conseiller scientifique du Président de l’ONERA).

 Les grandes lignes qui ressortent de ces interviews sont d’abord celles relatives à la réalité de ce phénomène. 

SIGMA2

En effet pour la commission, la réalité du phénomène ovni est incontestable. Dans les déclarations des membres de Sigma 2, on lit également récemment qu’ils conviennent que des canulars existent et quant à l’origine naturelle ou encore artificielle, la question se pose selon les cas mais elles sont étudiées et analysées. Toutefois, des phénomènes lumineux, électromagnétiques, atmosphériques sont encore mal connus et défient les lois de la physique, de la mécanique et il est bien évident que pour enregistrer ce type de phénomène, les chercheurs sont face à certaines difficultés. On comprend très bien à la lecture de l’article, que des spécialistes de notre espace aérien, dans tous les domaines, réunis au sein de SIGMA 2 se penchent officiellement sur les diverses technologies que pourraient employer les «  OVNIs » qui survolent et apparaissent dans notre environnement. Les cas les plus détaillés, les plus insolites, entre autre des cas issus des études du Geipan, présentent des phénomènes encore inexpliqués tels que l’électromagnétisme, les radiations, des effets mécaniques sur le sol. On comprend que ces chercheurs, dans le cadre de SIGMA 2 privilégient actuellement ce domaine de recherche en espérant avec l’aide de nos connaissances les plus poussées et le concours de spécialistes les plus divers, faire progresser notre connaissance de ce dossier. SIGMA 2 publie sur le site de la 3 AF certains résultats issus de ses études et devrait dans un proche avenir publier un rapport d’avancement.

L’article de Jean-Pierre TROADEC à l’avantage de nous faire partager des informations qui nous permettent de suivre les travaux de la 3 AF et il est donc très instructif de lire cet article actuellement disponible dans une revue diffusée dans tous les kiosques.

Gérard LEBAT

 

(1)   Luc Dini est un Ingénieur, formation «  École Nationale Supérieure d’Ingénieurs de Construction Aéronautique » actuellement directeur du Business Development Missile Defense chez Thales Air Systems. Il totalise plus d’une trentaine d’années d’expérience dans le développement d’activités liées à l’aéronautique, l’espace  et la défense aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public.