FUERZA AEREA INVESTIGA - ARGENTINE

LES MYSTÈRES DE LA COMMISSION OFFICIELLE SUR LES OVNIS

Un an après la première annonce à la télévision

Par : Perito Mario Lupo et le professeur Ruben Morale

Traduction en Français de l'article publié sur la page consacrée aux cafés ufologiques de Buénos Aires sur le site des Rencontres Ufologiques

http://www.les-rencontres-ufologiques.com/ffu-les-cafes-ufologiques-buenos-aires-01.html

article presse ovni et force aerienne argentineUn an a passé depuis l'annonce tonitruante de la création d'une commission officielle d'investigation sur les ovnis au sein de l'armée de l'air. La nouvelle explosa au journal Telefé du 22 décembre 2010 par la bouche de la journaliste Tamara Hendel dans une interview du Commandant Guillermo Daniel Tealdi présenté en sous titrage comme le « chef de la communication institutionnel de l'armée de l'air ».

Durant cet interview on vit le commandant marcher nerveusement sur le trottoir de l'immeuble Condor les bras croisés tout en essayant de répondre aux questions sur d 'éventuels «appareils non identifiés ou ovnis ». Il admit avec des paroles hésitantes l'existence d'échos radar non identifiés « ce sont deux ou trois cas récents, qui ne valent pas la peine d'être présentés car ils sont très très .... brefs » balbutia t il.

Une semaine après, le commandant Tealdi confirmait le démarrage rapide d'une commission d'investigation avec des « personnes invitées connaissant le sujet », et le capitaine Mariano Mohaupt disait que « la commission contribuera à la mission de l'armée de l'air, qui est d'assurer la sécurité de l'espace aérien et se doit donc de connaitre les phénomènes qui pourraient s'y dérouler». Il ajouta que cette initiative répondait « à l'intérêt de la population » vis à vis de ces phénomènes.

Et ce fut la fin de l'année. Au milieu des feux d'artifices et du pain grillé, plusieurs ufologues commencèrent à appeler par téléphone l'armée de l'air pour s'informer. Ils furent surpris de s'entendre répondre qu'il fallait attendre un lancement d'ici l'été, ce qui était prévisible à cette époque, mais également qu'il avait été maladroit de lancer cette nouvelle sensationnelle à la télévision juste avant les vacances ...

L'année 2011 commença, et le jour des rois, durant une des réunions d'ufologues connues sous le nom de « RIO54 » qui se tenaient mensuellement dans un bar de Buenos Aires, tous les présents signèrent une lettre à la FAA pour les complimenter de la création du nouvel organisme et lui offrir leur collaboration. Par ailleurs, quatre jours après eut lieu une communication téléphonique cordiale entre les représentants de ce collectif et le capitaine Mariano Mohaupt.

Le 18 février 2011, Monsieur Milton Hourcade donna une conférence intitulée «Étude critique de phénomènes aériens curieux » dans le hall de la Faculté des Sciences de l'Éducation et de la Communication Social de l'Université du Salvador. Le collectif RIO54 participa activement à cette manifestation. Dans le public « on remarqua la présence d'un représentant de la commission récemment créée des Forces Aériennes Argentines », lequel se souvenait d'une époque ou des militaires s'intéressant aux ovnis participaient ouvertement à des activités culturelles sur le sujet.

LA COMMISSION DU GOUVERNEMENT DANS LE QUOTIDIEN D'OPPOSITION

Il est difficile d'expliquer pourquoi les principales informations relatives à la commission du gouvernement furent publiées en primeur dans le quotidien d'opposition, Clarin, qui devint la source d'informations privilégiées de ces annonces. Dans l'édition dominicale du 17 avril un article de Marcelo Belluci ouvre le feu dans une double page intitulée « L'armée de l'air confirme des cas d'ovnis dans le ciel argentin ». L'article comprenait les positions du capitaine Mariano Mohaupt, de l'ufologue Silvia Pérez Simondini et de l'astronome Roberto O. Venero. Détail curieux, l'une des illustrations imitait les logos des « archives officielles ovnis » du site « Mythes du millénaire ». Ces logos officieux avaient en leur centre une carte de l'Argentine à la place de l'écusson national pour montrer qu’il ne s’agissait que d'illustrations et non de logos véritables.

À nouveau, les enquêteurs et la presse se mirent en quête d'information, sans rien trouver sur le site de l'armée de l'air. À la mi-juin on trouva un lien avec une brève description de la commission et un mail de contact. A part cela, depuis cette date, la section « informations en vol » n'a publié aucune communication en relation avec les ovnis ou faisant allusion à la commission.

SIGNATURE DE LA RÉSOLUTION OFFICIELLE

 

dans le bureau de la commission ovni argentine

Dans le bureau de la commission ovni en argentine

Le 5 mai 2011, le brigadier général Normando Constantino signait la décision qui officialisait la « Commission d'Études des Phénomènes Aérospatiaux » dépendant du Secrétaire Général de l'État-Major Général des Forces Aériennes Argentines.

L'intitulé «phénomènes aérospatiaux" est suffisamment large pour inclure d'autres unités de l'aviation, telles que celles dédiées aux accidents d'aviation, mais l'article 2 de la résolution précise que la mission générale de la Commission est de «conseiller l'institution sur les questions et les enjeux des phénomènes aérospatiaux non identifiés ". Le préambule stipule que «qu'un nombre important de membres de l'institution ont été confrontés à des phénomènes qui requièrent l'attention" ce qui est contradictoire avec les déclarations initiales de Tealdi Commodore ne reconnaissant que quelques cas enregistrés et relativisés par une durée très brève.

Durant la soirée du jour de cette signature se tint une autre réunion mensuelle RIO54, qui eut l'honneur de recevoir le Capitaine Mariano Mohaupt, qui expliqua sa préférence pour le terme « phénomènes aérospatiaux » plutôt que celui de « ovni » sigle technique étiquetant un objet non identifié et utilisé avec une connotation différente dans le langage courant. Durant la discussion furent abordés divers sujets comme les protocoles d'enquête, la déclassification et la récupération des informations officielles anciennes, les études interdisciplinaires des cas, ainsi que les activités éducatives qui pourraient être envisagées. Mohaupt nous demanda d'être patients et déclara que la commission comprendrait des enquêteurs civils, sans plus de détails. Parmi les personnes présentes se trouvait, en particulier, le Dr Roberto Banchs, sans doute l'ufologue argentin ayant le plus de diplômes universitaires. Banchs informa le capitaine des dons d'ouvrages qu'il avait personnellement fait à la Bibliothèque Nationale de l'Aéronautique, et qu'il était bon d'informer le public sur l'existence de ce matériel de référence.

Les coordinateurs de la réunion RIO54 donnèrent au capitaine Mohaupt le livre écrit par le capitaine de frégate Daniel Perissé, qui en1965 fut témoin d'une observation enregistrée depuis les bases antarctiques. Ce marin a participé a diverses commissions officielles sur les ovnis, et il serait sans doute utile de profiter de son expérience.

ENTRE UFOLOGUES, AVIATEURS ET SILENCES

Quelques jours à peine après la réunion RIO54, le 26 mai, eut lieu une cérémonie officiel dans l'immeuble Condor, durant laquelle fut présentée la Commission d'Études des Phénomènes Aérospatiaux et ou subitement furent donnés les noms des participants militaires et civils de la commission. Le Secrétaire Général de la FAA, le brigadier Ernesto Omar Paris, prononça un discours vantant le fait que « cette commission va réaliser une étude scientifique des phénomènes aérospatiaux. Avec cette réalisation, nous avons atteint un objectif important de notre institution ».

Encore une fois, Clarin eut la primeur de ce scoop et il faut remarquer l'entrée en matière de l'article « Comme prévu par Clarin il y a quelques semaines ... ». Pour cette cérémonie formelle, aucune invitation ne fut envoyée à des enquêteurs extérieurs, aucune conférence de presse ne fut organisée, aucune publication au journal officiel comme cela aurait été nécessaire pour une communication ayant un tel impact émotionnel sur la population.

Les membres de RIO54, qui recevaient quelques jours avant à leur table le capitaine Mohaupt, apprirent l'évènement par la presse. Le quotidien indiquait à tort une « commission d'enquêtes » à la place de « études » de sorte qu'elle fut appelée pendant un certain temps CIFA au lieu de CEFAE même par ses propres membres : « la CIFA ne va pas enquêter les cas extraterrestres, nous ne prononcerons pas sur la vie extraterrestre, nous continuons à enquêter » déclara Andrea Pérez Simondini, cherchant à marquer une certaine distance avec les nouveaux participants qui l'incluait, bien qu'à partir de là ce fut le thème qui apparut le plus souvent dans la presse.

Cette cérémonie d'ouverture fut présidée par le capitaine Mariano Mohaupt, présenté comme le porte-parole de la FAA, une position similaire à celle qu'avait le commandant Tealdi auparavant. Tout indiquait que les OVNIS de la Force aérienne serait traité par les relations publiques plutôt que par les aviateurs, mais pour une raison quelconque, en mai 2011 personne ne parlait plus de Tealdi en relation avec la commission.

L'article de Clarin, disait que parmi les nouveaux participants se trouvaient des techniciens du Service de Météorologie Nationale, des ingénieurs, des pilotes de l'Administration de l'Aviation Civile , des techniciens en radar et en localisation satellitaire, des experts en informatique, des géologues, bien que sur la photo publiée par le quotidien, la légende confirme que des membres de cette liste sont absents : "L'équipe au complet: Première rangée Simondini Andrea, Carlos Alberto Iurchuk, Marcelo Modica, Alberto Brunetti, géologue Angel Diaz et porte-parole de l'Air Force capitaine Mariano Mohaupt. Dans la rangée arrière Javier Bresan ingénieur aéronautique, Enseigne Javier Flores, Carlos Fergusson et George Dewey. "

Ce fut la photo de la création de la commission.

Une première analyse de cette photo montre que Mohaupt, Módica, Bresan et Flores sont les seuls membres de la FAA, les ufologues civils étant curieusement majoritaires dans cette commission qui dépend de l'armée. Les noms de ces civils furent d'ailleurs maintenus secrets jusqu'au dernier moment, à tel point que l'un d'entre eux finit par se brouiller avec son son ami de toujours en ufologie du fait de cette dissimulation qui, croyons nous, était inutile dans une Argentine totalement libre démocratiquement et un contexte politique réclamant la transparence.

CE QUI EST SOUS JACENT

Si nous analysons sommairement le profil général des civils nommés à la commission, aucun d'entre eux ne sont des sceptiques, contrairement à l'annonce de Tamara Hendel lors de l'interview de Tealdi en décembre 2010. Au contraire, la majorité sont des ufologues croyant en l'idée - partagée par beaucoup - que les ovnis qui nous visitent laissent des traces, choisissent certains lieux pour être vus (Victoria, Capilla del Monte, etc.), mutilent les bovins et qu'il est possible d'établir une communication avec « eux ». Ont-ils été nommés parce que ces idées sont également admises au sein des Forces Aériennes ?

N'ont pas été nommés non plus de partisans d'enquêtes critiques sur les ovnis, ligne sur laquelle se trouvent (pour ne donner que quelques exemples) des enquêteurs comme le Dr. Oscar Galíndez, le Dr. Roberto Banchs, le Prof. Oscar Uriondo, Mr. Carlos Demaría, Mr. Luis Pacheco, Mr. Jesús Róvere, le Lic. Juan Acevedo et autres professionnels qualifiés que nous ne citerons pas par modestie, mais qui participent mois après mois aux réunions RIO54

UN CHANGEMENT EST NÉCESSAIRE

Sans entrer dans un débat puéril sur « qui doit être dedans » et « qui doit être dehors », les raisons qui ont conduit l'Armée de l'Air à nommer ses représentants sont certes internes, mais on peut s'interroger sur la méthode utilisée pour la nomination des ufologues civils : nomination discrétionnaire, sans explication des critères de nomination et maintien secret des noms jusqu'au jour de la cérémonie officielle du 26 mai 2011, procédé qui rappellent les réminiscences du passé, contraire à l'esprit démocratique des forces armées actuelles, engagées dans des politiques d'inclusion, de non-discrimination et de respect des droits de l'homme, que promeut l'Argentine en ce moment historique.

C'est également un mystère de savoir si ces civils sont bénévoles ou payés, et quelle est la durée de leur contrat, puisque rien n'a filtré de la FAA sur ces aspects cruciaux. Le capitaine Mariano Mohaupt lorsqu'il vint à RIO54 avait annoncé que la résolution officielle comprendrait également une allocation budgétaire. Inutile de dire que nous ignorons son montant et que c'est un autre mystère de savoir ce qui est dépensé, et depuis la première annonce télévisée du commandant Tealdi il y a un an, se sont succédées quelques apparitions médiatiques, mais pas une seule enquête, pas un seul article scientifique, pas même une brochure ne sont sortis de cette commission. Faute de preuve, il est impossible d'évaluer le travail scientifique de la CEFAE.

Pour la nomination des civils, il aurait été normal, comme pour n'importe quelle recherche de collaborateurs, de faire un appel à candidature avec fourniture de CV et sélection sur la base d'entretiens par des personnels de ressources humaines, comme réclame la transparence des procédures si les charges sont rémunérées ou bénévoles ainsi que la durée du contrat.

Il aurait également été nécessaire pour la qualité de l'institution de créer un comité de consultants scientifiques de renommée nationale et internationale, sans rapport avec le thème des ovnis qui puisse être consulté ponctuellement.

On peut seulement espérer que dans un proche avenir des changements profonds se produisent une fois pour toutes pour que devienne réalité cette bonne idée de créer une commission officielle pour étudier les ovnis, qui initialement répondait aux nombreuses attentes du public et a provoqué les plus grandes éloges provenant de secteurs les plus divers. Un média italien a dit «L'Argentine, ufologiquement parlant, peut être maintenant considéré comme le pays le plus progressiste d'Amérique latine et peut-être du reste du monde."

Le temps qui passe a dilué les perspectives optimistes qui se dégageaient début 2011. En mai, on nous a demandé d'être patients. Cela fait 7 mois que nous sommes patients. Nous continuerons de l'être. Nous sommes patients pour le changement. Avant tout, nous sommes des citoyens qui voulons savoir.

*Mario Lupo y Rubén Morales: Coordinateurs des réunions ufologiques RIO54 qui se tiennent à Río de Janeiro 54, Ville de Buenos Aires, tous les premiers jeudis de chaque mois à 18:30. rio54@gmail.com - http://rio54ovni.blogspot.com Cel. 1564816553 Cel. 153402194

 

http://www.youtube.com/watch?v=9BG2RRMdnAM

http://www.aviacionargentina.net/foros/fuerza-aerea-argentina.4/5027-la-fuerza-aerea-argentina-creara-una-comision-para-investigar-ovnis.html

http://fuerzaaerea.net/Foro/2011/03/05/happy-holidays/

La lettre a été envoyée par courrier recommandé le 10 janvier au bâtiment Cóndor à l'attention de Guillermo Daniel Tealdi, accompagné du livre “Fenómeno ovni, reflexiones, investigaciones y estudios” écrit par le capitaine de frégate Daniel A. Perissé. Elle était signée de Ana Serrano, Daniel Postizzi, Faruk Alem, Alex Gómez, Rubén Morales y Mario Lupo. Elle n'a jamais reçu de réponse.

http://rio54ovni.blogspot.com/2011_02_01_archive.html

http://www.clarin.com/sociedad/Fuerza-Aerea-confirma-OVNIs-argentino_0_464353673.html

http://mitosdelmilenio.com.ar/ffa.htm

http://rio54ovni.blogspot.com/2011_06_01_archive.html

http://www.fuerzaaerea.mil.ar/prensa/cefae.html

http://www.visionovni.com.ar/modules/news/article.php?storyid=566

http://rio54ovni.blogspot.com/2011_05_01_archive.html

http://rio54ovni.blogspot.com/2011_05_01_archive.htm

Clarín, Buenos Aires, 27 de mayo de 2011, pág 44

http://www.informedigital.com.ar/secciones/general/nota.php?id=47474

Clarín, Buenos Aires, 27 de mayo de 2011, Pág. 44

Clarín, Buenos Aires, 27 de mayo de 2011, Pág. 44

http://rio54ovni.blogspot.com/2011/05/comision-ovni-argentina-es-noticia-en.html